Rencontre et Culture

"ce que nous avons fait sera toujours à refaire"

logo de l'association Verte Rive

View the embedded image gallery online at:
http://generalguisan.ch/historique/historique-2#sigProId76c6a44e24

historique du Général

Origine

On trouve la famille Guisan dès le XVème siècle dans le canton de Vaud. Les Guisan, châtelains d’Avenches, seigneurs de Donatyre et d’Oleyres durent céder leurs biens et leurs charges à Leurs Excellences de Berne au moment de l’occupation du Pays de Vaud. Par sa mère, Henri Guisan descend des châtelains de Beaufort en France, famille huguenote émigrée en Suisse à la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685. Devise de la famille de Henri Guisan, bourgeois d’Avenches : « It recte nihil timet » (Le juste n’a rien à craindre).

 

Jeunesse

Henri Guisan voit le jour le 21 octobre 1874 à Mézières, Vaud où son père exerce la profession de médecin de campagne.

En 1893, il obtient le baccalauréat ès lettres après avoir fréquenté le collège classique cantonal et le gymnase à Lausanne. Membre de la Société d’étudiant de Zofingue, il entreprend des études de médecine qu’il abandonne bien vite pour s’orienter vers l’agronomie. Dès 1897, il exploite un domaine agricole situé à Chesalles sur Oron et fonde un foyer en épousant Mary Doelker.

 

Carrière militaire

1894 Ecole de recrues à Bière dans l’artillerie hippomobile (arme dans laquelle il pouvait assouvir sa passion pour le cheval).

1894 Lieutenant

1898 Premier-lieutenant

1904 Capitaine, commandant de la batterie de campagne 6.

1908 Capitaine à l’état-major général (EMG)

1909 Major EMG

1913 Major d’infanterie, commandant du bataillon de fusiliers 2

1916 Lieutenant-colonel EMG puis

1919 Commandant ad interim du régiment d’infanterie 9

1920 Colonel d’infanterie, commandant de la brigade d’infanterie 5

1926 Colonel divisionnaire*, commandant de la 2e division puis

1931 Colonel divisionnaire, commandant de la 1ère division

1932 Colonel commandant de corps d’armée, commandant du 2e corps d’armée puis

1933 Colonel commandant de corps, commandant du 1er corps d’armée

1939 Général, élu par l’Assemblée fédérale le 30 août, commandant en chef de l’armée.

Jusqu’à sa nomination au grade de colonel divisionnaire, Henri Guisan conserve son statut d’officier de milice tout en accomplissant de nombreux services comme officier instructeur volontaire.

* Les officiers généraux portaient alors le grade de colonel brigadier, colonel divisionnaire et colonel commandant de corps. La mention " colonel " a été supprimée dans les années 1960.

La mission donnée à l’armée et à son chef pour la période de la Deuxième Guerre Mondiale 1939 - 1945 peut se résumer en une phrase " Sauvegarder l’indépendance du pays et maintenir l’intégrité du territoire ".

Cette mission a amené le Général Guisan à prendre les décisions stratégiques dictées par la situation et son évolution tout au long de son temps de commandement. D’un dispositif d’attente dicté par le statut de neutralité du pays après la mobilisation, l’armée a gagné le dispositif de combat du Réduit dans le secteur alpin alors que la Suisse était encerclée par les Forces de l’Axe pour revenir, dans la dernière phase de la guerre, à un dispositif de couverture des frontières.

Le 20 août 1945, le Général Henri Guisan pouvait quitter son commandement avec le sentiment d’avoir rempli la mission qui lui avait été confiée.

Jusqu’à sa mort, le 7 avril 1960, le Général Henri Guisan a pu mesurer sa popularité à travers les innombrables témoignages de reconnaissance exprimés par le peuple suisse.

 

Le Centre Général Guisan

Sous le nom de Verte Rive, la propriété qui abrite aujourd’hui le CENTRE GENERAL GUISAN fut la demeure du Général Henri Guisan, commandant en chef de l’armée suisse durant la période 1939 - 1945. Les bâtiments, construits par le père de la future épouse du général Mary Doelker dans les année 1867 à 1874, étaient destinées à l’habitat et l’exploitation agricole dans un environnement voué alors à l’agriculture et à la production vinicole. Henri Guisan s’y installa en 1902 et y resta jusqu’à sa mort en 1960.

Achetée par la Confédération en 1971, la propriété de Verte Rive devint le siège du CENTRE D’HISTOIRE ET DE PROSPECTIVE MILITAIRES grâce à la SOCIETE VAUDOISE DES OFFICIERS (SVO) à laquelle la Confédération concède un droit de superficie sur l’un des pavillons. Dès 1974, ce pavillon aménagé permet la réunion de nombreuses sociétés, en particulier militaires. Le fils du général, le colonel Henry Guisan, occupa la villa jusqu’à son décès en 1990.